Invasion animalière

vit1
vit1

vit2
vit2

bocalserpent
bocalserpent

vit1
vit1

1/8

Le cabinet de curiosité

DSC_0069
DSC_0069

DSC_0071
DSC_0071

DSC_0058
DSC_0058

DSC_0069
DSC_0069

1/7

Monstresantos

Annick  Sterkendries croise dans l’installation « Invasion animalière » le monde de l’enfance et la réalité inquiétante de leur avenir. La peluche «Le doudou», est  sa matière première. Elle nous dévoile une autre facette de son travail et aborde avec humour notre rapport ambigu avec l’animal, tantôt admiré câliné, manger, chassé, enfermé... et met en évidence la question de la récupération du pouvoir de la science par des firmes agro-alimentaires dangereuses. Chaque œuvre est monstrueuse et pourtant attirante. Le fait d’être réalisée en peluche fait-il oublié la difformité ou le handicap de l’animal ?

DSC_0153
DSC_0153

DSC_0154
DSC_0154

DSC_0136
DSC_0136

DSC_0153
DSC_0153

1/5

La vengeances des trophées

Annick Sterkendries exhibe à la manière des trophées de chasse, des culs d’animaux en peluche. Ils laissent paraître une impression de fuite, de galipette ! Par leur texture, leur couleur et leurs queues pas toujours vigoureuses, l’artiste tourne en dérision la collection de trophées exposée virilement par certains chasseurs.

DSC_0103
DSC_0103

DSC_0051
DSC_0051

DSC_0185
DSC_0185

DSC_0103
DSC_0103

1/8

Monstresantos

Dans l’installation «Tapettes Toons», l’artiste provoque notre pitié face à ces peluches piégées et nous révèle notre relation ambiguë face aux animaux vivants.

invasionchambre5
invasionchambre5

invasionchambre3
invasionchambre3

invasionchambre5
invasionchambre5

1/2

Merci Monsieur Perrault

ou «Le rêve après l’histoire du soir» installation qui évoque la peur que peuvent provoquer les contes terrifiants de l’enfance.

invasionfesant1
invasionfesant1

invasionfesant
invasionfesant

invasionfesant1
invasionfesant1

1/2

Le doré populaire

symbolise pour l’artiste le chemin parcouru par le faisan depuis ses années «fastes» où il était élevé en volière chez les nobles dans le but de décorer leur plats avec son plumage, puis chassé

par la grande bourgeoisie en battues pour finir aujourd’hui dans les chasses populaires et concours de beauté dans les foires agricoles.