Posture-imposture

Durant pl­usieurs mois, je me suis déplacée sur des zones portuaires de transits migratoires (hommes et oiseaux) aux portes de l’Europe et à Calais. J’y ai photographié, un personnage énigmatique à tête d’oiseau. La métaphore de l’oiseau plaisait aux réfugiés. L’idée de voler au-dessus des frontières les faisait rêver.
La poésie, le surréalisme de ces images permettent une distanciation face à la dureté de la situation tout en les dissociant du reportage.

epavespneumaweb